Innovation – Scallog, une autre façon de concevoir la préparation de commandes

BSL-robot-mobile1-  BSL-robot-mobile-2

« Où suis-je ? Où vais-je ? Vers quelle étagère ? » Telles sont les questions que se pose constamment Oscar, l’un des 3 robots mobiles installés chez BSL (Bretagne Logistique Services). En effet, le prestataire breton vient de mettre en œuvre la toute première installation de la société Scallog : un système de préparation de commandes qui transporte, via des éléments motorisés, les étagères de préparation vers l’opérateur (et non le contraire). Ce « good to man », qui gère actuellement les produits cosmétiques de L’Oreal Paris, a pour avantage, non seulement de réduire le temps de parcours des préparateurs, mais aussi de permettre à la deuxième armoire d’arriver vers la station de travail pendant que le picking s’effectue sur la première. Malgré le rôle central de la technologie, Rolf Meyer, Président de BSL, se défend d’avoir cédé au charme et à la magie de l’automatisation : « nous adaptons en permanence notre façon de travailler et notre principe a toujours été d’organiser avant de mécaniser. Nous privilégions l’analyse des données du client et l’organisation découle naturellement du flux de commandes et de l’ordo. Le système Scallog s’inscrit dans le cadre de ce principe fondamental et apporte des réponses non seulement en termes de productivité et de gain de temps, mais aussi d’évolutivité car le process est configurable selon nos besoins. Actuellement seules trois machines sont en fonctionnement. Mais on peut étendre la préparation à d’autres références ou absorber une volumétrie plus forte en agrandissant le périmètre et en rajoutant d’autres robots ». Pour cet ancien patron de plate-forme Yves Rocher, le secret de la réussite passe par une adéquation entre des impératifs de qualité et de bonne maîtrise des coûts : « notre enjeu est de fournir la prestation la plus économique possible dans le respect des KPI ». BSL, entreprise très présente dans le e-commerce et la préparation de détail dispose de 35.000 m² d’entrepôts. Elle compte une quarantaine de clients, réalise 15M€ de CA et vient d’ouvrir une filiale en Pologne ».

Rolf-Beyer Rolf Beyer

 

Scaling-2

Créée par Olivier Rochet, la jeune société Scallog a développé un système (1) qui permet, à partir d’une station de travail, de déplacer des étagères contenant des articles, vers le préparateur. Celui-ci sélectionne les références à prélever. Il envoi l’ordre au système et les meubles viennent se positionner devant lui. Il n’a plus qu’à prélever les articles et à les placer dans les bacs de préparation. Il valide. L’engin motorisé surmonté de son étagère repart pour faire place à une autre étagère, et ainsi de suite. « L’avantage de ce système est qu’il est entièrement configurable et évolutif », explique Olivier Rochet. « Les chemins que suivent les robots transporteurs sont des fils fixés au sol. Contrairement à un système automatisé classique, ils peuvent s’adapter facilement à la disposition de l’entrepôt et évoluer en fonction du nombre de références et de colis à préparer. Chaque robot dispose d’une autonomie d’une journée et peut soulever des charges de 650 kg ». Pour créer cette nouveauté, Olivier Rochet ne cache pas qu’il s’est inspiré d’une autre technologie en place sur certaines plates-formes Amazon. Mais le géant américain a racheté la technologie, sans doute pour obtenir un avantage concurrentiel. « Nous avons donc conçu et développé un nouveau produit pour permettre à tous les acteurs du e-commerce de bénéficier d’un concept comparable, mais avec un produit entièrement original, protégé par des brevets et très innovant par rapport à tout ce qui existe sur le marché ». Car le cœur de l’innovation est moins dans la mécanique que dans l’électronique. L’essentiel des travaux réalisés par la jeune équipe de développeurs porte sur les algorithmes qui permettent aux engins motorisés d’effectuer leurs missions dans un certain ordre et en respectant certains trajets. Même si la partie logicielle est moins visible que le très fascinant ballet des robots, l’intelligence du système est plus dans le pilotage plus que dans le matériel d’exécution. Cette invention ouvre de nouvelles perspectives pour la préparation de détail (e-commerçants, prestataires, distributeurs…), mais pourrait également avoir des applications dans les drive.
Scallog serait actuellement en discussion avoir un équipementier pour concevoir une solution commune. Ce qui est certain c’est que cette start-up, qui attend une prochaine levée de fonds, va soulever de nombreuses interrogations et apporter de nouvelles réponses en matière de picking et de préparation de commandes. A noter que Rolf Beyer, utilisateur de Scallog interviendra le 27 novembre lors d’une conférence sur l’innovation à Supply Chain Event. Quant à l’équipe Scallog elle sera également présente sur le salon et pourra répondre à vos questions.

 

Olivier-Rochet-Scaling-1 Olivier Rochet chez BSL

src : SP magazine newsletter 1927