goods-to-man-health-robot

Les usines ne sont pas les seules à s’engager dans la Robotisation. L’automatisation de la logistique en entrepôt est un corollaire de la transformation du commerce. Il s’agit plus précisément du concept goods-to-man. Péril sur l’emploi ? Amélioration de la santé – sécurité dans les entrepôt ? Focalisation sur le client ? Eléments de réponse.

 

Fut un temps où faire ses courses relevait du temps de corvée incompressible qu’on calait dans une semaine déjà bien chargée. Aujourd’hui, les acteurs du commerce s’attachent à mettre fin aux contraintes que le consommateur peut rencontrer durant son parcours d’achat. Cette révolution du commerce implique une révolution logistique dans laquelle le « Goods-to-Man » a un rôle prépondérant à jouer : via la robotisation des entrepôts, c’est l’objet qui vient au préparateur de commande et non l’inverse. Cette inversion des rapports, qui met l’humain au cœur d’un système de pilotage centralisé, est en passe de s’imposer comme un facteur clé de compétitivité pour une logistique en pleine mutation.

Le commerce fait dorénavant de l’expérience client sa priorité. Tout d’abord, le choix des références n’est plus un problème. Si un consommateur ne trouve pas sa marque préférée en magasin, il peut la commander sur internet. En outre, tout article est disponible quasi immédiatement. Amazon a ancré l’idée que recevoir une livraison dans les 24h- si ce  n’est dans l’heure !- est la norme.  La réception du produit doit se faire à la convenance du client, qui peut moduler son parcours d’achat en combinant différents canaux. Avec Darty par exemple, on peut recevoir en 3h chez soi le bien acheté en magasin. A l’inverse, il est possible de récupérer en magasin un article commandé sur internet. C’est tout le principe du « click and collect », extrêmement en vogue, utilisé par de nombreuses enseignes comme Ikea.

Toutes ces initiatives supposent une adaptation de la logistique en amont. De nombreux dispositifs d’automatisation ont déjà vu le jour dans les entrepôts, mais  dans cette vague d’innovation, le picking fin (c’est-à-dire le prélèvement d’articles aux détails, repartis dans plusieurs milliers de mètre carré) semble avoir été oublié. Il s’agit là d’une étape clé de la préparation de commande, car toute inexactitude est susceptible d’entraîner des erreurs de livraison ou des écarts dans les stocks, et c’est toute l’expérience client qui se trouve dégradée. Or, avec la multiplication des petites enseignes type commerces de proximité, dans nos gares ou centres villes et un référentiel produit de plus en plus large en entrepôt,  la logistique est amenée à se complexifier et à aller vers plus de précision.

goods to man – robotisation

src : http://www.informatiquenews.fr/de-quoi-goods-to-man-nom-olivier-rochet-scallog-46226